Explorer par thématiques

<---
Retour

21 juin 2022

10 min

Rejoindre un collectif de freelances : la marche à suivre

D’après une étude menée par Collective, 90 % des travailleurs indépendants en Europe et aux Etats-Unis feront partie d’un collectif d’ici 2040. Vous souhaitez rejoindre le mouvement et intégrer un collectif, qu’il soit ou non existant ? On vous partage nos meilleurs conseils dans cet article !

Nos conseils pour rejoindre un collectif

Vaut-il mieux créer son collectif ou rejoindre un existant ?

Pour travailler en collectif, il existe deux alternatives : en créer un, ou en rejoindre un existant. On pèse rapidement le pour et le contre avant de vous exposer la marche à suivre pour rejoindre un collectif !

Rejoindre un collectif : les avantages

Intégrer un collectif présente un premier avantage, et pas des moindres : cela vous épargne le travail de recherche et de recrutement des talents puisque celui-ci est déjà constitué. A priori, c’est une affaire qui roule !

L’autre point, c’est que ce collectif dispose d’un portfolio, et donc, par conséquent, de références. Cela vous permet ainsi de jauger son expertise, son niveau de notoriété et sa capacité à contractualiser avec des clients intéressants. Finalement, un peu comme si vous postuliez en entreprise.

Ensuite, en rejoignant un collectif, vous travaillez avec des profils qui sont déjà accoutumés à l’exercice de l’intelligence collective. Pour que l’équipe fonctionne bien, il faut en effet que les membres disposent de certaines qualités. Si le collectif que vous cherchez à rejoindre semble fonctionner, c’est a priori parce que toutes les personnalités savent travailler de concert.

En plus, vous pouvez espérer travailler avec d’autres indépendants difficiles à trouver dans votre entourage professionnel. Par exemple, si vous avez un profil growth marketing et que vous cherchez des profils tech pour travailler sur des projets à 360 degrés, il peut être un poil compliqué de retrouver ce profil dans votre réseau personnel. En rejoignant un collectif, vous pouvez découvrir des profils avec des compétences différentes des vôtres (et donc complémentaires).

Rejoindre un collectif : les inconvénients

A contrario, intégrer un collectif n’est pas toujours une mission aisée, car il faut trouver celui qui matchera avec vos propres compétences. Prenons le cas du collectif Le Shop. Il s’agit d’un collectif de social ads pour l’e-commerce. Il est composé de profils complémentaires : un créatif, un expert e-commerce et un expert acquisition. A première vue, il n’est pas évident de savoir si ce collectif va avoir besoin de renforcer l’équipe. Pour autant, n’allez pas croire que tous les collectifs sont au complet : certaines équipes peuvent compter des profils similaires. Par exemple, le collectif Bulldozer compte 5 Head of growth dans ses rangs pour travailler en simultané sur plusieurs projets.

Le deuxième inconvénient lorsque l’on rejoint un collectif existant, c’est de prendre le risque de ne pas s’intégrer. Parfois, le noyau dur du collectif s’est construit avec des connaissances qui ont régulièrement travaillé ensemble : d’après notre étude, c’est le cas de 37 % des collectifs. Pour Pierre, du collectif Flocus, “le feeling est super important dans le cadre d’un collectif, plus que les compétences”. Alors avant de débuter, prenez le temps de vérifier que le courant passe bien !

Créer son propre collectif : les avantages

Créer un collectif de freelances est une bonne option si vous voulez former un groupe à votre image, une équipe sur mesure dotée de talents précis qui vous permettra de travailler sur des projets bien définis. En clair, puisque vous êtes à l’initiative de la création du collectif, vous allez forcément impulser un certain style et une certaine dynamique. 

Ce cas de figure est idéal si vous avez déjà des contacts de confiance avec qui vous aimeriez collaborer. Dans ce cas, vous devez avoir une idée de leurs envies et de leur rythme (certains freelances travaillent à temps partiel par exemple).

Pour Guillaume, du collectif Neodelta, il est en effet évident que tous les freelances ne partagent pas les mêmes objectifs. Certains veulent créer un collectif seulement pour le business et augmenter leur TJM (aucun mal à cela !), quand d’autres le font “pour participer à un groupe ou une communauté. C'est important que les deux parties jouent cartes sur table quant aux objectifs des uns et autres, car il vaut mieux intégrer ou créer un groupe dans lequel le mindset et la façon de faire sont les mêmes”.

Créer son propre collectif : les inconvénients

Si vous n’avez personne dans votre entourage, vous devez disposer d’excellents talents de “recruteur” pour trouver les profils qu’il vous faut. Ce n’est pas facile, mais pas impossible !

D’après les collectifs que nous avons interrogés pour notre étude dédiée, 7 % des rencontres entre membres d’un collectif se sont faites avec un message extérieur. C’est le cas de Pierre du collectif Flocus : il a trouvé un membre qui avait laissé un message sur le channel Slack créé par Collective.

Eh oui ! Chez Collective, on vous aide à trouver des membres pour votre collectif, ou inversement, à rencontrer des collectifs qui recherchent des membres. Et en parlant de création de collectif, notre première valeur ajoutée, c’est de vous aider à faire face au problème auquel 45 % des collectifs sont exposés : trouver de nouveaux clients. Parce que oui, contrairement à un collectif existant, vous allez devoir vous faire un nom !

En résumé, voici les avantages et inconvénients de ces deux options :

Quel type de collectif rejoindre ?

Si vous décidez de rejoindre un collectif plutôt que d’en former un nouveau, voici les différents types de groupements que vous pourrez rencontrer.

1. Les collectifs pluridisciplinaires

Quelles sont leurs particularités ?

Les collectifs pluridisciplinaires sont des groupements de freelances qui décident de mettre en commun leurs compétences. En général, ils sont de plus grande taille. Ils se caractérisent par :

  • Une organisation du collectif basée sur des équipes montées en fonction des exigences de chaque projet (tout le monde ne participe pas à toutes les missions)
  • Une meilleure qualité de production grâce à la gestion centralisée par un gestionnaire de projet
  • Une liberté absolue dans le choix des missions pour chaque participant

Pour quel profil de freelance ?

Les freelances de ces communautés recherchent :

  • De la compétence : vous devez maîtriser votre domaine. En général, l’objectif n’est pas de former des profils débutants.
  • L’assiduité : Il est nécessaire de savoir respecter les deadlines de chaque mission pour garder la confiance des clients.
  • L’esprit d’équipe : le collectif est avant tout une équipe. Pour Pierre, de Flocus, “c’est la vision commune de toute l’équipe qui permet d’évoluer dans la bonne direction.”
  • L'entraide : savoir détecter les failles et en parler pour un bon fonctionnement de la communauté.

Nos exemples de collectifs 

Il existe sur Collective une multitude de collectifs de ce type : par exemple Constellation, un collectif qui regroupe à la fois des professionnels en développement web et mobile, en designing et en branding.

2. Les squads de freelances

Certains freelances ont des compétences assez similaires et souhaitent s’associer en petites équipes pour avancer sur des missions plus ambitieuses qu’en étant seul. On parlera alors de squads de freelances.

Quelles sont les particularités d’un squad de freelances ?

C’est un groupement réduit de freelances avec des compétences proches qui travaillent en synergie.

Ils ont une approche beaucoup plus focus : ils construisent une expertise spécifique (le référencement naturel, le développement dans un langage donné, le paramétrage des CRM, l’automatisation marketing…)

Pour quel profil de freelance sont faites les squads ?

Les squads recherchent des profils :

  • Capables de monter encore davantage en expertise sur leurs sujets de prédilection.
  • A l’aise pour travailler en équipe et mener plusieurs projets de front.
  • Qui souhaitent être des experts incontournables de leur sujet.

Par exemple, supposons que vous êtes un Product designer. Vous devez chercher à intégrer un squad de freelances qui comporte 1 ou 2 UX designer et 1 ou 2 développeurs.

Nos exemples de collectifs 

Chez Collective, nous retrouvons plusieurs collectifs de ce genre comme Position zéro, qui rassemble des professionnels spécialisés dans la réalisation d’un audit SEO et d’une stratégie de contenus, ou encore Page et plume, spécialisé dans la création de contenu et sa mise en forme.

3. Les réseaux d’experts

Quelles sont leurs particularités ?

C’est un groupe d’experts freelances qui réunissent leurs compétences pour apporter de précieux conseils.

Dans ce type de collectif, les membres sont plus intéressés par des missions ponctuelles. Ces experts ont souvent une activité professionnelle à temps plein qu’ils exercent en marge de leurs missions au sein du collectif. 

Pour quel profil de freelance ?

Les réseaux d’experts sont réservés aux freelances qui sont :

  • Sénior : disposer d’au moins 5 années d’expérience professionnelle notables
  • Précis : pouvoir donner l’information recherchée en un claquement de doigt
  • Organisés : préparer et proposer des offres bien structurées (les besoins sont souvent complexes)

Nos exemples de collectifs 

Chez Collective, Food is good est un bon exemple. Il s’agit d’une équipe d’experts très expérimentée pour accompagner des grands comptes de la food dans leurs prochaines innovations. Le club des V est un autre collectif très expert rassemblant des consultants au service des dirigeants d’entreprises.

Comment trouver des collectifs et les contacter ?

Il existe des moyens simples pour trouver et intégrer un collectif de freelances.

Demander des introductions dans son réseau

Trouver un collectif de freelances c’est (un peu) comme trouver un emploi. Vous devez donc employer les meilleures techniques pour proposer vos offres.

Vous devez tout d’abord parler de vos compétences à vos proches. Dites-leur que vous cherchez à rejoindre un collectif !

(“Mamie, tu connaitrais pas un full stack dev spécialisé dans la Fintech par hasard ?”)

Et à moins que votre grand-mère soit aussi célèbre que celle d’Orelsan, privilégiez vos contacts les plus pertinents, comme vos anciens collègues et ex-camarades de classe. N’hésitez pas à solliciter des recommandations : chez le collectif Neodelta, Guillaume est de cet avis : “on aura tendance à faire confiance plus facilement à un nouveau freelance si quelqu’un d’autre le recommande.”

Faites aussi des posts de qualité sur les plateformes professionnelles comme LinkedIn et envoyez des demandes de contact à des membres de collectifs. Même s’ils n’ont pas de place pour vous, ils peuvent vous mettre en contact avec d’autres personnes !

Réussir le premier contact

Certes, il ne s’agit pas d’un recrutement classique, mais l’énergie à y mettre doit être la même. Le premier contact joue un rôle très important dans tous les domaines, y compris dans l'intégration d’un collectif de freelances.

Si vous êtes développeur freelance par exemple, partagez votre portfolio pour faire valoir vos compétences et votre expertise. Vous avez conçu des applications, des sites web ? Parlez-en. Pour Pierre (collectif Flocus), l’un des points les plus importants pour un freelance qui souhaite rejoindre un collectif, “c’est d’envoyer un portfolio, des exemples d’expériences passées et une démo de ses skills au collectif pour montrer son niveau.”

Si possible, présentez les témoignages de vos anciens clients : “cela aide le collectif à jauger la cohérence de ces références avec le genre de projets, budgets et tarifs déjà pratiqués par le collectif”

Pendant les échanges, soyez réactifs pour prouver votre motivation et votre capacité à travailler en équipe.

Le process chez Collective

Chez Collective, nous avons mis en place un procédé très simple pour vous permettre de rejoindre un collectif. D’ailleurs, on appelle ces membres les “Wannabee”, les prochaines pépites prêtes à répandre leur talent dans de nouveaux collectifs !

Il suffit de retenir ces trois étapes :

  1. Contactez Collective (formulaire ici présent) pour demander à rejoindre un collectif. Spécifiez bien le genre recherché en fonction des compétences et types de projets visés. 
  2. Rejoignez notre base de données (la Galaxy) accessible à tous les collectifs.
  3. Ces derniers peuvent alors librement vous écrire et vous proposer de rejoindre leur collectif.

C’est un immense coup de cœur des deux côtés et vous voulez travailler ensemble ?

Un nouveau membre s’ajoute au collectif en quelques clics seulement avec l’interface Collective ! C’est en tout cas l’expérience de Pierre lorsqu’il a recruté un nouveau membre :” “j'ai pu très facilement lui partager le lien du formulaire pour rejoindre mon collectif ! Super simple : c'est top.” 

Comment trouver ses premières missions une fois membre d’un collectif ?

Ça y est ! Vous avez rejoint un collectif et vous pouvez commencer vos premières missions. Bravo ! Le principal avantage de rejoindre un collectif existant est que vous aurez (le plus souvent) accès à des missions grâce à leur réseau existant. Mais pour qu’un collectif fonctionne correctement, chaque membre doit apporter des opportunités.

Pour trouver vos premières missions, vous pouvez par exemple :

  • Prospecter par email
  • Créer un site web vitrine qui vous servira de portfolio. Vous pouvez vous référencer sur certains mots-clés en lien avec votre activité (par exemple “web développeur Lyon”)
  • Faire de la publicité en ligne (du SEA pour votre site web par exemple, mais attention au budget à répartir entre les membres !)

Le plus simple et le plus efficace pour trouver des missions reste d’inscrire votre futur collectif sur Collective. Nous partageons des missions avec les plus belles startups et sociétés françaises (vous pouvez retrouver quelques clients et missions sur cette page).

Enregistrez votre collectif sur Collective ici !

Contenus

Rejoindre un collectif de freelances : la marche à suivre

Ces articles pourraient vous intéresser